Crédit: BAM
Crédit: BAM
L'Association Sol do Sul vous présente Un Brésil différent !
 L'Association Sol do Sul vous présenteUn Brésil différent !

Expositions au 2e Festival du Rio Grande do Sul de Paris

Des expositions à la 2e édition du Festival du Rio Grande do Sul de Paris ! Au programme : des photographies, des peintures, des caricatures, et des d'art plastique. Ne manquez pas de découvrir les merveilles du Rio Grande do Sul.

 

Vous pouvez découvrir ces expositions le 10 et le 11 octobre 2014, à la Mairie-annexe du 14ème - 12 rue Castagnou, 75014).

Exposition photographique de Dulce Helfer

Dulce Helfer est de retour à Paris avec ses magnifiques photographies pour le 2ème Festival du Rio Grande do Sul de Paris. Alors ne ratez pas son exposition, ses photos vous séduiront !

 

Dulce Jungblut Helfer est une photographe de renom de Santa Cruz do Sul- Rio Grande do Sul. Dulce a travaillé entre 1985 et 1990, au Secrétariat de la Culture où elle a travaillé avec les écrivains Tabajara Ruas et Carlos Urbim au journal culturel nommé « O Continente ». Entre 1985 et 2011 elle a travaillé au journal Zero Hora, à Porto Alegre.

Photo : Dulce Helfer

Dulce Helfer a réalisé des dizaines d’expositions individuelles et collectives, on lui a décerné 24 prix, parmi eux, trois étaient internationaux de la Sociedad Internamericana de Prensa, où deux étaient en 1er place et un en 2ème place. Elle a également reçu deux Prix Press et est alors reconnue autant que meilleurs photographe du Rio Grande do Sul. La Banque Itaú lui a décerné le Prix de la Photographie.

Photo : Dulce Helfer

Dulce a photographié en exclusivité, au Brésil, parmi de nombreux grand noms, des artistes comme : The Cure, B.B.King, Roberto Carlos, Avril Lavigne, Zizi Possi. Dulce Helfer a participé avec des textes et des photographies dans 43 livres, dont 15 sur Mario Quintana de qui elle a été une grande amie.

 

Dulce Helfer a signé beaucoup de photographies dans divers domaines, dont le cinéma et la musique, mais aussi des magnifiques paysages.

Exposition photographique de Leonid Streliaev 

Venez admirer les merveilles naturelles de l’Etat du Rio Grande do Sul par les photographies de Leonid Streliaev vous découvrirez un Brésil différent. Rendez-vous au 2ème Festival du Rio Grande do Sul de Paris.

 

 

Leonid Streliaev, est fils d’immigrants russes et à une formation de journalisme. Il a commencé à exercer l’activité de photographe en 1969. Il a travaillé plusieurs années pour les magazines et journaux : « Veja », « Exame », « O Estado de S. Paulo », et « O Globo ».

 

Photo : Leonid Streliaev

Avec plusieurs de ses œuvres publiées dans les plus importants journaux et magazines brésiliens, Leonid a été élu Photographe Brésilien de l’Année par l’Association de São Paulo de Critiques d’Art en 1974. C’est l’un des photographes brésiliens les plus récompensé.

 

Leonid s’est toujours dédié à photographier le Rio Grande qui est son sujet préféré. Connaisseur de la géographie, des coutumes, types humains et particularités socio-économiques de chaque région de l’Etat. Il a aussi photographié Gramado, la plus belle ville touristique de l’Etat. En 2003, il a publié le livre « Rio Grande do Sul », on lui a décerné le prix de la Culture Gaúcha et le Trophée « Honra ao Mérito ».

Photo : Leonid Streliaev

 

En 2005, Streliaev a reçu de la part du Gouvernement de l’Etat du Rio Grande do Sul, la médaille du Mérite du Rio Grande do Sul, pour l’ensemble de son travail culturel, et de son livre « O Rio Grande do Sul de Erico Verissimo » qui a été élu livre de l’année.

Exposition de sculptures de Renato Rodyner

 

 

Renato Rodyner est né le 3 Août 1962 à Porto Alegre, au Brésil. Pendant les années 70 et 80, Renato Rodyner a fréquenté le Centre de Développement de l'Expression (Ecole d'Art) au Rio Grande do Sul et a participé à des nombreuses expositions collectives et individuelles au Brésil.

L'art de Renato Rodyner nous permet de rêver, dotée d'une dynamique gestuelle, énergique, son œuvre a un contenu positif, dans lequel la figure est presque toujours présente, ainsi que tout ce qui concerne les relations humaines, un aspect émotionnel.

 

L’harmonie des couleurs et des textures sont complètement en vrac sur la toile presque d’une manière explosive, néo-expressionniste, son art nous permet une réflexion philosophique, intellectuel et affectif.

 

 

Ses œuvres les plus abstraites ont été réalisées à partir d'une vue aérienne où les formes rondes, spirales représentant l'archétype du cosmos et l'essence de la vie dans une relation continue entre la multiplicité, le centre et le circuit. Renato Rodyner vit au Portugal depuis 1990 où il a son atelier et réalise des expositions dans divers pays.

Exposition de peintures de Saionara Dreyer

Saionara Dreyer va exposer pour la première fois ses peintures. Saionara sera présente lors du 2ème Festival du Rio Grande do Sul de Paris

 

Saionara Dreyer, gaucha de Porto Alegre, a suivi des cours de dessin et peinture à Porto Alegre, Rio Grande do Sul, et plus tard des études de Philosophie à l’Université de Paris IV, et de Philosophie de l’art et d’esthétique à Université Fédérale de Rio de Janeiro. Depuis elle revenue au geste pictural, pour explorer les frontières de la géométrie abstraite questionnée par la couleur, où la rigueur n’exclue pas l’émergence du hasard. Aujourd’hui elle habite et travaille à Lisbonne, concentre ses recherches sur les petits formats et petites séries, et avance par inclusion, ouvrant toujours de nouveaux et généreux chemins.

Exposition de dessins de Marcelo Lopes de Lopes

 

Les caricatures de Marcelo Lopes de Lopes reviennent à Paris pour le 2ème Festival du Rio Grande do Sul de Paris. Elles vont vous divertir et apporter un pointe d’humour au Festival. Mais ce n'est pas tout,  Marcelo Lopes de Lopes sera présent au Festival, ne ratez pas !

 

 

Depuis toujours crayons et papiers accompagnent Marcelo Lopes. Originaire de Porto Alegre (Rio Grande do Sul), Marcelo Lopes de Lopes est, au-delà de son métier de professeur, un caricaturiste professionnel qui a beaucoup de rêves en tête pour un futur proche.

 

« Depuis l'enfance, je me souviens pas d’une situation où je n'avais pas un crayon et du papier entre les mains. J’étais toujours en train de griffonner quelque chose », se souvient Marcelo. Son père travaillait à la librairie Globo et ramenait à la maison du papier pour son fils.

 

«  Il ne manquait jamais du matériel pour dessiner à la maison. Ma mère et mon grand-père  dessinaient également, alors cette sensibilité s’est développée ». À présent, alors qu’il essaye de dimensionner sa production, Marcelo compte plus de 50 mil caricatures entre celles de son initiative et celles qui lui ont été commandées.

 

Pour diffuser son travail, Marcelo, tient un blog, où il reçoit des commandes de tout le Brésil. « J’aime toutes les caricatures que je fais, toutes. Elles sont comme mes enfants. Je ne peux pas aimer l’une plus que l’autre ». Au TRT4, il a collaboré comme illustrateur des dépliants édités par l’institution sur les droits et devoirs des travailleurs. Il s’est occupé aussi des charges du journal “Em Pauta”, qui ne circule plus, une publication bimestrielle semblable à l’actuel TRT4 Notícias.

 

Marcelo a eu une poliomyélite quand il avait trois mois, et a gardé des séquelles dans les membres inférieurs – bientôt il prendra sa retraite anticipée. «Après ma retraite, mon intention est de continuer à développer ce travail, et peut-être, de fonder une école. Les idées, les rêves sont nombreux et, si nous arrêtons de rêver, c’est parce que nous sommes morts. Alors, je suis  toujours à la recherche de quelque chose de plus grand».

Exposition : Notre pampa inconnu / Nosso Pampa desconhecido

Le Gouvernement de l'Etat du Rio Grande do Sul, à travers le Département du Plan et Gestion, du Département de l’Environnement et de la Fondation Zoo-botanique du Rio Grande do Sul, présente l’exposition photographique : Notre Pampa Inconnu / « Nosso Pampa Desconhecido ».

 

Avec des photos du journaliste et photographe écologiste Adriano Becker, cette exposition vise à apporter « un nouveau regard » sur cet important secteur de l'Etat, cherchant à développer une conscience qui favorise l'harmonisation des aspects sociaux, économiques, culturels et environnementaux, associés à la durabilité.

 

Cette exposition est le résultat du travail effectué par une équipe de chercheurs de la Fondation Zoo-botanique du Rio Grande do Sul, qui intègre le Projet Biodiversité du Rio Grande do Sul, coordonné par le Département du Plan et Gestion, avec des fonds de la Banque Mondiale et du Global Environmental Facility (GEF)

 

Ce biome se caractérise par un ensemble de différents types de relief et sols, recouverts par une végétation champêtre ou de savane, où dominent des plantes herbacées et arbustives et se divise en quatre régions principales :

 

Plateau « da Campanha », Dépression Centrale, Plateau « Sud-Rio-Grandense » et Plaine Côtière.

 

Si on considère que la plupart des espèces de plantes et animaux domestiques, qui forment aujourd’hui la base de notre alimentation, sont originaires de milieux dominés par des champs et des prairies, le Pampa est une importante source de matériel génétique.

 

Les champs sont aussi importants pour la reprise de la fertilité du sol, pour le contrôle de plaies agricoles, de l’érosion et des inondations, pollinisation des cultures, purification des eaux, ressources génétiques, et également pour l’offre de décor à des fins esthétiques ou de recréation.

35 des 136 écorégions de la planète, identifiées comme exemples de la diversité d’écosystèmes du monde, sont des champs et savanes. Presque la moitié des 234 centres de diversité des plantes reconnus dans le monde incluent des habitats de champs et de savanes. Ces centres de diversité représentent des zones avec une haute diversité de graminées, où les pratiques de conservation peuvent protéger un grand nombre d’espèces de ce groupe.

 

Les Pampas, ne sont pas d’écosystèmes pauvres en espèces, bien au contraire, ils présentent une diversité biologique très particulière. La région est une des zones de la planète qui compte une plus grande diversité d’espèces de graminées, (herbes et autres plantes semblables). Dans les seuls champs du Sud du Brésil il existe plus de 800 espèces de graminées et de 200 de légumineuses (famille du haricot), ce qui dépasse même la richesse rencontrée en certaines forêts tropicales.

 

Les 12% de toutes les espèces de mammifères er oiseaux du Rio Grande do Sul vivent exclusivement dans les champs et beaucoup d’autres occupent ce milieu de façon non-exclusive. Il y a plusieurs espèces d’animaux et plantes endémiques aux Pampas soit, qui n´existent nulle part ailleurs sur la Planète. Celles-ci incluent huit espèces d’oiseaux, des mammifères comme le « tuco-tuco » de la région de Alegrete, et de nombreuses espèces de plantes, y compris des dizaines d’espèces de cactii que ne sont présents que dans nos champs.

 

15% des 250 espèces menacées d’extinction dans le Rio Grande do Sul habitent seulement dans les champs, dont six mammifères comme le « cerf-campeiro », le « chat-palheiro » et le « loup-guará », 25 oiseaux comme la « noivinha-de-rabo-branco », le « veste-jaune », «l’aigle-grise », un reptile, trois amphibies, et trois espèces d’abeilles natives sans aiguillon. Les zones de préservation des champs couvrent 7,6% de la surface totale du biome de la planète, mais ces zones protégées se concentrent surtout en Afrique et en Asie. Os estime que 50% de la surface des champs et savanes de la planète soient déjà abimés par l’usage humain, et 5% en situation d’extrême dégradation.

 

La substitution des pâturages naturels par des pâturages artificiels, et le pâturage intensif, ont réduit l´habitat de beaucoup d’espèces animales et végétales, et l’incidence du feu, l’introduction d’espèces de fourrage et la création de bétail, ont provoqué la désertification de certaines zones.

 

Les champs stockent environ 34% du carbone disponible dans les écosystèmes terrestres, contre environ 39% pour les forêts, et 17% pour les agroécosystèmes. Mais, différemment du cas des forêts tropicales, où la végétation est la source primaire du carbone stocké, la plupart du carbone des champs est dans le sol.

 

25 des 145 plus grandes bassins versants da la planète sont formées par au moins 50% de champs.

 

Source: Coordination de la Communication Sociale / Fondation Zoobotanique du Rio Grande do Sul.